Mérule expert
ANALYSE DIAGNOSTIC EXPERTISE FORMATION RECHERCHE
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
ASPERGILLUS
Vign_ASPERGILLUS_1
Attaque de mobilier, tissus, bois, tapis par une moisissure du genre Aspergillus
ASPERGILLUS
Vign_ASPERGILLUS_2
Infestation et progression de l'Aspergillus.
ASTEROSTROMA CERVICOLOR
Vign_ASTEROSTROMA_2
Le mycélium d'un Asterostroma flotte sur l'eau d'une inondation dans une cave
ASTEROSTROMA LAXUM
Vign_ASTEROSTROMA_1
Cet Asterostroma diffuse son mycélium en forme d'éventail à la conquête du bois
DONKIOPORIA
Vign_avant5_redimensionner
Le sporophore s'instale durablement sur la poutre
DONKIOPORIA
Vign_avant7_redimensionner
Le mycélium part à la conquêtre d'autres horizons
CONIOPHORA ARIDA
Vign_C_ARIDA_1
Le mycélium prend des couleurs étranges, d'un rouge bordeaux vineux, selon la chimie du support
CONIOPHORA ARIDA
Vign_C_ARIDA_2
Le sporophore se met en place progressivement afin de pouvoir se reproduire en libérant ses spores
PRIMORDIUM
Vign_champi_ter_redimensionner
Les primordiums de mérule (jeunes sporophores immatures) sur les murs en l'absence de bois et donc de cellulose
SPOROPHORE
Vign_champi_bis_redimensionner
Les primordiums de mérule deviennent des sporophores matures, capables de produire des spores, soit environ 1 milliard par dm² !
CONIOPHORE
Vign_CONIOPHORE_2_redimensionner
Les rhizomorphes du Coniophore des caves progressent souvent à l'horizontal
CONIOPHORA PUTEANA
Vign_CONIOPHORE_MS_1
Les sporophores discrets au début, augmentent en surface progressivement
CONIOPHORE
Vign_CONIOPHORE_2
Le Coniophore s'installe par le bas de la pièce, derrière la plinthe à la base du mur
CONIOPHORE
Vign_CONIOPHORE_1
Dans le même temps, ses rhizomorphes colonisent le haut de la pièce, atteingnant progressivement le plancher et le mur du sous-sol, pour aller chercher l'eau indispensable à sa progression.
COPRINUS DOMESTICUS
Vign_COPRINS2_redimensionner
On a généralement l'habitude de cueillir des Coprins dans sa pelouse, mais ils s'invitent ici sur les murs de votre habitation !
COPRINUS DOMESTICUS
Vign_Coprinus_0516_redimensionner
Ces curieux champignons à pieds, déliquescents, proviennent d'un mycélium peu destructeur, mais pouvant atteindre des surfaces de plusieurs dizaines de m² dans le bâti !
DONKIOPORIA EXPANSA
Vign_DONKIO_1
Le Polypore des caves, encore peu ou pas connu voici une dizaine d'années, ce champignon très destructeur est en pleine expansion !
POLYPORE DES CAVES
Vign_DONKIO_2
Le mycélium du Donkioporia souvent d'un blanc pur, ressemble quelque peu au polystirène tant par sa couleur que par sa texture
DONKIOPORIA EXPANSA
Vign_DONKIO1_redimensionner
Cette espèce plus facile à éradiquer que la Mérule fait néanmoins de gros ravages dans le bâti, cave, palier et charpente surtout.
POLYPORE DES CAVES
Vign_DONKIO2_redimensionner
Le mycélium donne vite naissance à des primordiums puis des sporophores matures capables de disperser les spores dans l'atmosphère pour coloniser d'autres immeubles
MYCELIUM
Vign_P1030541_redimensionner
Le pouvoir d'un mycélium à coloniser et infester de grandes surfaces est toujours impresionnant !
PEZIZA
Vign_PEZIZE_VS_1
Des infiltrations dans le vide sanitaire sont souvent l'objet de présence de champignons indésirables dont les Pézizes.
PEZIZA DOMICILIANA
Vign_PEZIZE_1
Les sporophores de Pézize se développent, presque toujours, directement sur la maçonnerie et non sur le bois !
PEZIZA MURALIS
Vign_PEZIZE_VS_2
On trouve une autre Pézize très proche de celle ci-dessus, nommée Pézize des murs ou Peziza muralis.
PEZIZA MURALIS
Vign_PEZIZE_2
On voit d'ailleurs ici, les Pézizes des murs, greffées directement sur les pierres de grès, sur un mur d'un sous-sol.
Mycélium de mérule
Vign_MERULE_1
On remarque la superficie du mycélium sur le plancher et le petit sporophore de mérule à côté, mais les filaments mycéliens ou syrrotes peuvent monter jusqu'au plafond et traverser les murs pour atteindre les pièces voisines et celles de l'ensemble du bâtiment, ce qui est loin d'être rare !
Sporophore de mérule
Vign_MERULE_2
Cette fois le mycélium n'est pas visible, ce qui ne l'empêche pas d'être présent et de développer un gros sporophore, chargé de milliards de spores, dans un angle du plafond.
FIBROPORIA VAILLANTII
Vign_MYCELIUM_DONKIO_1
Le mycélium du Fibropore est souvent très spectaculaire. Il est collant et tombe comme des stalactites, faisant penser à du givre.
GLOEOPHYLLUM
Vign_LENZITE_1
Le Lenzite peut être un agent de carie important, souvent dans les charpentes ou les bois extérieurs du bâti, on peut néanmoins le rencontrer en sous-sol.
LENZITE
Vign_LENZITE_redimensionner
On remarque ici le détail de sporophores de Lenzite Gloeophyllum sepiarium, sur une poutre dégradée et bonne à être remplacée.
Xylostrome de Lenzite
Vign_Xylostrome_lenzite_2_r

Les Lenzites (genre Gloeophyllum) peuvent également se présenter sous forme de xylostrome, sorte d'anamorphose assez fréquente dans le bâti, qui désoriente le diagnostiqueur non averti.

Xylostrome de Lenzite
Vign_Xylostrome_Gloeophyllum_a
Xylostrome du Lenzite du sapin Gloeophyllum abietinum les lames sont 'perdues" dans un amas d'hyphes squelettiques brunes à paroi épaisse, dont l'aspect ressemble à un velours un peu rêche.
CHAETOMIUM
Vign_CHAETOMIUM
Les moisissures peuvent envahir et infester de grandes surfaces. Plus la surface est importante, plus les risques pour la santé sont graves. Le Stachybotrys chartarum par exemple, produit ses propres mycotoxines.
RHIZOMORPHES
Vign_CONIOPHORE_MS_2
Le réseau formé par les rhizomorphes sont souvent impressionnants et peuvent infester plusieurs dizaines de m²
CONOPILUS
Vign_Conocybe
Quand un Conopilus pousse sur le carrelage de votre salle de bain, derrière votre radiateur, plutôt insolite, non ?
MERULE
Vign_MERULE1_redimensionner
Mérule Serpula lacrymans colonisant un plancher
Serpula lacrymans
Vign_MERULE0_redimensionner
Autre Mérule colonisant cette fois un plafond
Stachybotrys chartarum
Vign_STACHYBOTRYS_redimensionner
Cette moisissure Stachybotrys chartarum produit ses propres mycotoxines, c'est une espèce dangereuse pour la santé de l'homme.
Pourriture fibreuse
Vign_Donkio1140955
Ce poinson planté facilement dans la poutre à côté du sporophore d'un Donkioporia, permet de comprendre la vulnérabilité de résistance de celle-ci, dégradée par une pourriture fibreuse blanche invisible.
DONKIOPORIA
Vign_DONKIOPORIA_2_redimensionner
Cet autre cliché d'un Donkioporia expansa, montre les ravages qu'est capable de produire cette espèce redoutable dans les bâtiments
MERULE
Vign_DSC03170_redimensionner
Une mérule avec plusieurs sporophores, s'est discrétment installée sur le plancher derrière un canapé, dans un salon apparemment sain !
Serpula lacrymans
Vign_DSC03177_redimensionner
On remarque la taille du sporophore de cette mérule sur les lattes du plancher, mais ce n'est que la partie immergée de l'iceberg !
Mérule
Vign_IMG_2948_redimensionner
Le véritable danger de la mérule se situe en fait sous le plancher, où les enzimes du mycélium sévissent inexorablement
Mycélium discret
Vign_MERULE_CAHCHEE_2
C'est encore pire sous les lattes du plancher, où le mycélium de la mérule à labri de la lumière et des courants d'air, prolifère allégrement.
Mycélium abondant
Vign_MERULE_CAHCHEE_1
On imagine peu, ce qui se passe sous nos pieds, dans les espcaces vides, sous le plancher ou les poutres.
INFESTATION
Vign_Serpula_0534_redimensionner
Le mycélium blanc, plus ou moins jaunissant, ouateux, peut envahir et infester une cloison ou un mur entier (voire toute la pièce - déjà vu !).
POURRITURE
Vign_Pourriture_cubique_redimensionner
Les enzimes du Coniophore dégradent facilement la cellulose du bois, produisant une pourriture cubique caractéristique et le rendant friable à terme.
Mycélium Fibroporia
Vign_MYCELIUM_DONKIO_2
Mycélium blanc, cristallin, du Fibropore.
POURRITURE
Vign_PARQUET_redimensionner
Plancher complétement désagrégé par un champignon lignivore
Mycélium et pourriture
Vign_SYRROTES2
Sur cette latte de plancher on remarque le mycélium à gauche responsable de la pourriture cubique à droite. Le bois a perdu sa résistance, le plancher est à déposer.
Créer un site avec WebSelf
SEMHV © 2016