Mérule expert
ANALYSE DIAGNOSTIC EXPERTISE FORMATION RECHERCHE
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
à télécharger
RIB_IBAN_SEMHV.pdf (591,1 Ko)
RIB IBAN de la SEMHV
Notice pour effectuer les prélèvements d'échantillons de champignons
Liste des espèces identifiées par la SEMHV 2015 à 2019
INFO IMPORTANTE
Vign_DANGER

INFORMATION IMPORTANTE : Chaque analyse commandée porte sur 1 espèce précise. Il arrive cependant que lors de prélèvements, plusieurs espèces sont prélevées, ce qui nécessite de la part du laboratoire des analyses supplémentaires. Ceci afin de répondre au mieux à l’attente du client concernant les espèces en présence. Le coût de ces analyses est à la charge du client.

Dans tous les cas, le laboratoire vous tiendra informé et n’effectuera les analyses supplémentaires qu’après votre accord. Pour éviter tout désagrément, séparer chaque échantillon d’aspect différent (couleur, forme, consistance…) ou prélever dans différentes pièces et précisez sur quel échantillon vous voulez que les analyses soient effectuées (lors d’envoi multiple).

Un résultat : espèce non identifiable, sera facturé à 50% pour les entreprises (soit 50€ HT) uniquement lorsque il y à présence de matière fongique est que nous sommes dans l'incapacité de pouvoir l'identifier, ceci en raison d'échantillon trop dégradé, trop vieux ou encore trop jeune pour qu'il puisse être correctement analysé et donc fournir une identification allant jusqu'à l'espèce. Nous rappelons que le laboratoire n’est pas responsable de l’état et du choix de l’échantillon reçu.

Lors d'envoi d'échantillon de bois uniquement afin de confirmer la présence ou non de champignon, l'analyse sera facturé à 100%. 

Analyses mycologiques
Vign_micro

Pertinence d'une analyse mycologique :

Aucune analyse mycologique n'est crédible, si elle ne comporte pas d'examen microscopique.
Pour certifier l'existence ou la présence de telle ou telle espèce de champignon, en l'occurrence des champignons xylophages ou lignivores qui nous intéressent ici, l'analyse doit comporter impérativement :

1° - un examen macroscopique approfondi, qui concerne les caractères organoleptiques : forme, aspect, couleur, odeur, (éventuellement saveur), environnement...

2° - un examen microscopique : du mycélium, du sporophore, des spores, etc.

Sans cela  l'analyse ou le diagnostic ne peuvent être qu'approximatifs, ce qui laisse place à tous les abus en matière de traitement, ou d'erreur lors des expertises.

Analyses mycologiques
Vign_LABO_GAMBETTA_3
Echantillons pour analyses
Vign_Echantillons
Types d'échantillons qu'il est possible de faire analyser.

Fragments de bois, incrustés ou infestés de mycélium.
Envoi d'un sporophore
Vign_envoi_sporophore

Echantillon d'un sporophore (une "galette") de Mérule, transmis dans du papier d'aluminium, qui a conservé tous les caractères organoleptiques nécessaires à sa détermination, tant macroscopique que microscopique.

Hyphes du mycélium
Vign_Hyphes_polymorphes_Serpula_lacrymans

Différents types d'hyphes génératrices, végétatives et squelettiques très polymorphes, dans les cordons mycéliens et syrrotes de la Mérule Serpula lacrymans.

Hyménium de la Mérule
Vign_Hymenium_Serpula_lacrymans

Différents éléments de l'hyménium méruloïde : spores, basides, basidioles de la Mérule Serpula lacrymans

Coupe de Syrrote
Vign_Syrrote_section_Serpula_lacrymans
Coupe microscopique d'un syrrote de Mérule
Trame de la Mérule
Vign_trame

Trame de la Mérule, vue en coupe au microscope optique

Coupe de Syrrotes au MEB
Vign_hyphes_merule

Hyphes composant le mycélium et syrrotes de la Mérule vues en coupe au MEB (microscope électronique à balayage). On remarque que ces syrrotes sont de véritables tuyaux microscopiques capables de transporter l'eau.

Hyphes de Mérule au MEB
Vign_hyphes_merule_2
Hyphes de Mérule vues au MEB
Hyphes de Serpula
Vign_Serpula_tignicola_3
Différentes hyphes de Serpula observées au MEB (microscope électronique à balayage)
Hyphes génératrices
Vign_Hyphes

Hyphes génératrices du mycélium, septées et bouclées de la Mérule, colonisant le bois et décomposant la cellulose.

Boucles sur les cloisons
Vign_boucles
Boucles caractéristiques sur les septa (cloisons) des hyphes génératrices, chez la Mérule
Cristaux d'oxalate calcium
Vign_cristaux

Cristaux d'oxalate de calcium observés dans les préparations sous le microscope optique, chez la Mérule.

Culture en laboratoire
Vign_Serpula_lacrymans_culture

Culture de Serpula lacrymans dans un milieu gélosé en boite de pétri au laboratoire

La mérule
Vign_gimbrett_sylvia_2575_10_redimensionner
Développement de sporophores, sur vieux tas de bois empilés dans une cave alsacienne.
Tapinella panuoides
Vign_Tapinella_panuoides_spores
Spores de Tapinella panuoides, champignon lignivore trouvé dans le bâti notamment sur bois lamellé-collé 
Coprinus domesticus
Vign_Elements_voile
Eléments du voile général, sur Coprinus domesticus, champignon se développant quasi exclusivement sur le plâtre dans le bâti.
Asterospora cervicolor
Vign_Asterostroma_cervicolor
Astérophyses d'un Asterospora cervicolor, champignon se développant généralement sur les murs, moins souvent sur bois dans le bâti.
Serpula lacrymans
Vign_HYPHE
Hyphes génératrices de Serpula lacrymans
Serpula americana
Vign_Serpula_americana
Spores spécifiques de Serpula americana, récoltées sur une infestation à MONTRÉAL.
Trechispora fastidiosa
Vign_trechispora_fastidiosa5
Cloisons ampullacées de Trechispora fastidiosa, se développant principalement sur poutre de charpente dans le bâti.
Trechispora fastidiosa
Vign_trechispora_fastidiosa3

Spores échinulées de Trechispora fastidiosa produisant une pourriture fibreuse blanche

ANALYSE MYCOLOGIQUE
Vign_analyse_1

TARIF PRO : 100 € HT / 120 € TTC par échantillon à analyser

TARIF PARTICULIER : 115 € HT / 138 € TTC par échantillon à analyser

TARIF pour les Expertises Judiciaires : 150 € HT / 180 TTC (Stockage et gestion des exsiccata de 3 mois à 2 ans)

TARIF pour les Analyses ADN : 130 € HT / 156 TTC (Séquençage par PCR)

PRÉLÈVEMENT : prélever de préférence le sporophore (fructification, terme impropre), ou du mycélium (ressemble parfois à une toile d'araignée ou à une nappe souvent blanche), voire des spores (dépôt de couleur rouille pour la Mérule).

Le protocole d'analyse est disponible sur demande. 

Notice de prélèvement à télécharger ci-contre.

ENVOI : Placer le ou les échantillons séparément, dans une pochette en plastique si le prélèvement n'est pas trop humide, ou dans du papier d'aluminium refermé simplement, le tout dans une enveloppe ou un colis adapté à l'échantillon, accompagné du BON DE COMMANDE téléchargeable ci-contre, dûment signé et transmis à l'adresse suivante :

Aucun échantillon pour analyse ne sera prise en compte, s'il n'est pas accompagné du bon de commande et de son règlement (par virement, RIB visible sur le bon de commande, ou par chèque à l'ordre de la SEMHV)

Laboratoire SEMHV - 10, rue Gambetta BP 100 63 - 88102 Saint Dié des Vosges, en courrier simple. 

RÉSULTATS : communiqués généralement sous 24/48 h, sous forme de rapport détaillé (fichier .pdf), transmis par e-mail (ou par courrier si besoin).

Au 31 décembre 2019, notre laboratoire a identifié 149 espèces de champignons lignivores, 8 espèces de champignons mycorhiziens, 12 espèces de myxomycètes, 50 espèces de moisissures et 5 espèces de levures, 9 espèces du bleuissement, soit un total de 233 espèces identifiées dans le bâti par notre laboratoire, sur 9333 analyses effectuées de 2015 à 2019. (voir liste téléchargeable ci-contre)

L'ensemble des espèces identifiées à notre laboratoire, sont séquencées par PCR. Il s'agit du séquençage des molécules d'ADN, c'est-à-dire la détermination de la succession des nucléotides qui les composent, source d'une quantité considérable d'informations en biologie. Les techniques de séquençage ont beaucoup évolué depuis les méthodes manuelles des débuts, remplacées par la migration des fragments d'ADN marqués par des sondes fluorescentes à l'intérieur de capillaires dans la première génération d'appareils de séquençage. L'évolution des machines à séquencer a été très rapide et, même si on entrevoit le séquençage direct de l'ADN sans amplification préalable, toutes les méthodes exigent de disposer de quantités significatives d'ADN, donc d'ADN amplifié.

La SEMHV s'est donc constitué une base de données unique, portant sur les espèces récoltées dans le bâtiment, responsables de pathologie pour le bâti, comme les pourritures, ou de pathologies humaines plus délicates à formuler, notamment concernant les deutéromycètes (moisissures).

Cette base de données comporte outre le nombre d'espèces déterminées et le nombre d'individus identifiés, leur phénologie (date de récolte), leur localisation, leur environnement, leur support ou substrat, le type de pourriture et/ou le type de pathologie humaine associée ou non, la fiche d'identification par méthodologie optique et macro-microchimique, ainsi que le génome de l'espèce.

Nos recherches portent actuellement, sur la vitesse de croissance des différentes espèces, notamment les 10 plus fréquemment rencontrées, dans les environnements in situ. Mais également sur les mCOV (Composés organiques volatils d'origine microbiologiques) dégagés par la mérule, en relation avec le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB)

BILAN DES ANALYSES EN 5 ANS
Vign_Analyse

Depuis sa création en 2015, la SEMHV a traité 9333 analyses de champignons. 

      2015 : 908 échantillons analysés

      2016 : 1344 échantillons analysés

      2017 : 1575 échantillons analysés

      2018 : 2302 échantillons analysés

      2019 : 2478 échantillons analysés

      Total : 8607 échantillons analysés depuis la création du labo au 1er janvier 2015.

 

      2015 : 91 diagnostics

      2016 : 92 diagnostics

      2017 : 93 diagnostics

      2018 : 102 diagnostics

      2019 : 96 diagnostics

      Total : 474 diagnostics avec analyses

 

      2015 : 13 expertises + 1 expt judiciaire

      2016 : 39 expertises + 1 expt judiciaire

      2017 : 69 expertises

      2018 : 70 expertises + 2 expt judiciaires

      2019 : 56 expertises + 1 expt judiciaire

      Total : 252 expertises, avec analyses.


      Total des analyses cumulées : 9333 en 5 ans.

Protocole d'analyse mycologique
Vign_LABO_GAMBETTA_1

Coût d'une analyse : à partir de 100 € HT, soit 120 € TTC.

1° - Les échantillons sont déballés, puis photographiés, afin de montrer leur état et ainsi démontrer que les échantillons analysés, sont bien ceux reçus à notre laboratoire.

2° - Un examen macroscopique est alors effectué sous la loupe binoculaire et les éléments (sporophore, spores ou mycélium) sont analysés puis photographiés (minimum deux photos) sous l'objectif de celle-ci, avec une description complète des observations.

3° - Un second examen, microscopique, est ensuite effectué sous les oculaires-objectifs (100x, 400x, 600x et 1000x), avec prise de photos (minimum deux) des éléments fongiques observés sous l'objectif du microscope, avec leur description complète et détaillée (mesures en micron µm).

L'analyse et la synthèse des éléments observés permettent l'identification du ou des champignons et ainsi de connaître le type de pourriture induite et d'en définir les traitements appropriés, les risques pour le bâti et pour la santé des occupants.

Le rapport d'analyse détaillé, avec photos macroscopiques et microscopiques est aussitôt rédigé et transmis sous format .pdf en fichier attaché à l'adresse e-mail qui nous a été communiquée (ou éventuellement par courrier), sous 24h/48h

Ces analyses scientifiques sont identiques à celles que nous effectuons pour les expertises judiciaires, à destination des tribunaux, des cours d'appel, des tribunaux administratifs, pour les experts, les notaires ou encore les compagnies d'assurances.

Nota :
conformément à l’article L-271-6 de l’ordonnance 2005-655 du 8 juin 2005, l’opérateur qui réalise les analyses, relatives à la présence et à l’identification de champignons du bois, atteste n’avoir aucun lien de nature à porter atteinte à son impartialité et à son indépendance, ni avec le propriétaire ou son mandataire qui fait appel à lui, ni avec une entreprise pouvant réaliser des travaux sur des ouvrages pour lesquels il lui est demandé d’établir les analyses.

Nous réalisons un bon nombre d'analyses pour la justice et les monuments historiques.

3 à 5 % de nos analyses sont réalisées pour des entreprises ou des laboratoires canadiens (Montréal et Quebec notamment).

Identification génétique ADN
Vign_adn

Séquençage ADN

Nous proposons le séquençage ADN afin de déterminer l'identité génétique des champignons lignivores, récoltés dans les bâtiments. 

Le séquençage ADN est également utile, quand, dans un bâtiment nous n'obtenons que du mycélium et pas de sporophore (fructification), il est alors parfois nécessaire d'avoir recours à la biologie moléculaire, afin de préciser l'espèce.

Délais d'obtention des résultats :

Pour une identification traditionnelle sous microscope optique, les résultats sont généralement obtenus sous 24 à 48 h.

Pour une identification génétique, il faut compter un délai d'une semaine à 20 jours, suivant les cas et la charge de travail du laboratoire sollicité.

Nous avons fait séquencer, l'ensemble des espèces de champignons lignivores que nous avons récoltées dans le bâti depuis 2012, à savoir 227 espèces différentes, nous constituant ainsi une base de données unique dans son genre.

Méthodologie :

  • L'ADN est extrait pour chacun des prélèvements
  • L'ADN est amplifié par PCR-multiplex avec des amorces spécifiques
  • Dans le cas d'un résultat négatif après cette PCR, l'ADN est amplifié par PCR-universelle avec des amorces universelles aux champignons (ITS1f-ITS4)
  • L'ADN obtenu après l'une ou l'autre des PCR est séquencé puis comparé par BLAST avec la base de données GenBank (NCBI : ncbi.nlm.nih.gov)
  • L'espèce présente dans l'échantillon est identifiée en retenant le résultat de BLAST pour lequel la séquence recherchée présente la plus grande similarité avec les séquences connues contenues dans la base de données GenBank
ANALYSES CHAMPIGNONS
Vign_DSCN2135_redimensionner

Identification en laboratoire des "parasites" du bois. Ce terme général est totalement impropre, car il n’existe pas de parasite dans le bâtiment. Un parasite est un organisme vivant qui vit au détriment d'un autre organisme vivant, or le bois mis en oeuvre dans le bâti est du bois mort, il s'agit donc d'espèces saprotrophes. On peut alors parler d'espèces nuisibles.

La norme NF P 03-200 (Mérule) et insectes xylophages comprend un grand nombre d'erreurs dans son annexe E consacrée aux champignons, qu'il y aurait lieu de corriger).

Photo d'un Coniophore des caves Coniophora puteana

Définition (généralité)

Parasite : Organisme animal, végétal ou fongique qui se nourrit strictement aux dépens d'un organisme hôte d'une espèce différente, de façon permanente ou pendant une phase de son cycle vital.

Scientifiquement : le parasite est un organisme vivant (animal, végétal ou fongique) qui vit aux dépens d'un autre organisme vivant, et qui, à terme, le fera mourir.

Saprophyte : se dit des végétaux supérieurs qui se nourrissent de matière organique morte. Se dit d'un organisme qui vit aux dépens de matières organiques inertes, par opposition au parasite qui vit au dépens d'organisme vivants, et qui n'est généralement pas pathogène chez l'homme. 

Saprotrophe : se dit des champignons et des micro-organismes,  qui se nourrissent de matière organique morte. Se dit d'un micro-organisme qui vit aux dépens de matières organiques inertes, par opposition au parasite qui vit au dépens d'organisme vivants,, et qui n'est généralement pas pathogène chez l'homme. 

Le saprophyte (pour les plantes) et le saprotrophe (pour les champignons) sont des organismes vivants qui dépendent d'un hôte (généralement mort, comme le bois mis en oeuvre dans les bâtiments).

Analyses et envois des échantillons
Vign_syrrote

Échantillons de mycélium, de sporophores (fructifications) ou de spores, pour analyses :

Les échantillons de champignons à analyser, sont à adresser au Laboratoire de la SEMHV - 10, rue Gambetta - BP 100 63 - 88102 SAINT DIE DES VOSGES

    Le mycélium, les sporophores (fructifications) ou les spores, doivent être prélevés délicatement, à l'aide d'une spatule, un couteau ou tout autre objet adapté, placés si possible dans des pochettes en plastique hermétiques (fermeture à glissière par exemple) ce qui est fortement conseillé. Bien séparer les échantillons dans des paquets uniques.

    Parfois il est nécessaire d'envoyer un morceau de bois (ou un autre substrat) où le mycélium est collé.
Ces échantillons peuvent être utilement accompagnés de photos (qui peuvent être transmises par courriel) et d'une petite notice donnant des précisions sur l'environnement du ou des prélèvements (Notice à télécharger ci-contre), à savoir :
Cave, étage, grenier
Prélèvement sur mur, plâtre, etc.
Prélèvement sur bois, résineux (pin, sapin, épicéa...), feuillus (chêne, frêne...), bois exotique...

Placer le tout dans une enveloppe gaufrée ou lettre MAX de préférence et transmettre par voie postale (Lettre MAX ou colissimo, chronopost, etc.)

Les résultats d'analyses sont généralement transmis dans les 24h à 48h après réception des colis, sous forme de rapport au format pdf, par courriel (Format papier si souhaité) Voir Modèle pdf ci-contre

Analyses Macro. & Microscopique
Vign_MERULE_analyse

Serpula lacrymans (Wulf.) J. Schröter Meddn Soc. Fauna Flora fenn. 11: 21, 1885. Mérule pleureuse.

Pour la Mérule comme pour les autres champignons xylophages, l'analyse doit comporter une diagnose, c'est à dire les descriptions macroscopiques, les éléments organoleptiques observés (forme, couleur, odeur, saveur, note sur l'environnement, la pourriture induite, etc.) et les descriptions microscopiques indispensables à l'identification d'une espèce ; sans quoi l'espèce ne peut être identifiée formellement. Un processus scientifique doit être suivi et appliqué, afin d'assurer une identification incontestable, qui est ainsi démontrée.

A savoir : 

La Mérule n'a pas de Rhizomorphes, mais des Syrrotes (creux et donc capables de conduire l'eau nécessaire à son développement).

Description :
 
Basidiome résupiné à étalé-réfléchi, charnu, détachable, d'abord en taches arrondies blanches ± lisses, puis résupiné sur plusieurs cm ou dm et 2-10 mm d'épaisseur sur substrats horizontaux, effusé-réfléchi ou en amas noduleux imbriqués et 2 cm d'épaisseur sur substrat verticaux, avec mycélium bien développé, blanc à gris, parfois avec taches jaunes à rougeâtres, formant de longs cordons hyphaux jusqu'à 1 cm d'épaisseur, à face supérieure jusqu'à 10 cm de projection, bosselée-noduleuse, lubrifiée-feutrée, blanchâtre, crème à grise, devenant rouge brunâtre au froissement, à marge stérile, souvent épaissie, obtuse, noduleuse, dense, cotonneuse, blanche à jaunâtre.

Hyménophore méruloïde à irrégulièrement porée-réticulée-labyrinthique parfois irpicoïde sur substrats verticaux, jaune miel, moutarde, brun olive, brun-rouge à brun foncé, avec subhyménium en couche cornée et luisante à la coupe au sec. Consistance élastique. Contexte à odeur agréable, fongique, puis distinctement désagréable et forte, et saveur douce.

Spores ovoïdes à ellipsoïdes, lisses, parfois guttulées, jaunes, (8)9(11)-12(14) x 4,5(5,5)-7(8) µm.

Basides étroitement clavées, tétrasporiques, bouclées à la base, (30)40(45)-70 x (6)7-10 µm.
Cystidioles fusiformes situées entre les basides, parfois sinueuses, lisses, 50-80 x 5,5-8 µm, non émergentes.
 
Le mitisme est d'abord monomitique, puis dimitique.
Le mycélium primaire est constitué par des hyphes génératrices, septées (cloisonnées), plus ou moins bouclées, blanche mais hyalines sous le microscope, avec des septa (cloisons) caractéristiques à rechercher sous le microscope.

Le système hyphal est dimitique avec des hyphes génératrices septées (cloisonnées), distinctement bouclées, à paroi mince, souvent hyalines (apparaissant blanche macroscopiquement), de 2(2,5)-5(6) µm de Ø, certaines hyphes génératrices sont sclérifiées ou squelettoïdes parfois à contenu brun foncé, bouclées et jusqu'à 8 µm de Ø, avec des hyphes squelettiques, beiges à brunes, non septées, qui sont typiquement absentes du subiculum et restreintes surtout aux syrrotes, cyanophiles, de 2,6 µm de Ø, hyphes vasculaires de 25 à 40 µm de largeur, avec septum caractéristique en forme de tire-bouchon.

Écologie : sur bois surtout de conifères, plus rarement de feuillus, bois d'œuvre, caves, cages d'escaliers, locaux mal aérés, salle de bain, murs, tapis, etc... mais jamais sur une charpente, (en forêt on trouve une forme sauvage Serpula imantioides) ; agent de carie brune, toute l'année).

Remarques :
La surface mycélienne est bien développée entre les cordons hyphaux (syrrotes) chez cette espèce et la couche subhyméniale gélatineuse est typiquement épaisse, nettement délimitée de la couche basale, remplissant complètement les plis.

Hyphes génératrices
Vign_hyphe_squelettique
Hyphes génératrices que l'on retrouve à la base des sporophores et dans le mycélium. On remarque les septum (ou cloisons) et les boucles (anses d'anastomoses) caractéristiques. Des cristaux d'oxalate de calcium peuvent être observés autour des hyphes, dans les préparations pour une microscopie optique.
Cloison d'une hyphe Mérule
Vign_Hyphe_septee_barre

Les hyphes de la mérule Serpula lacrymans sont généralement modérément souples, lisses, avec des parois remarquablement épaisses et translucides, souvent ondulées, de 4 à 6 µm. Cependant les hyphes vasculaires, peuvent dépasser 40 µm.

(Photo) : Hyphe primaire dégagée d’un chapelet ou entrelacement de mycélium, observée dans le rouge congo ammoniacal.

On observe un élément qui forme une barre (septa ou cloison) dans l’hyphe, qui démontre que l’hyphe est septée (ou cloisonnée). Ce septa particulier et caractéristique est un élément important pour la détermination du mycélium de la mérule, notamment dans les hyphes vasculaires communes à la mérule.

Hyphes dimitiques
Vign_Hyphes_squelettiques_Syrrote_11

Les hyphes végétatives, sans aucune cloison, colorées,  dont il y a deux sortes :
 
Les hyphes squelettiques et les hyphes conjonctives (ou ligatives des anglais), non cloisonnées.

1° - Les hyphes squelettiques, beige, ont une paroi épaisse, ne sont pas ramifiées ou très peu, droites ou un peu flexueuses, à lumen réduit sauf le bout à paroi mince.

2° - Les hyphes conjonctives, brunes, ont une paroi épaisse, sont fortement ramifiées, souvent sans lumen (cavité centrale) et tournent autour des autres hyphes. La mérule n'en possède pas.

La mérule a une structure hyphale dimitique à deux types d'hyphes, les génératrices et les squelettiques.

Hyphes squelettiques
Vign_Serpula_lacrymans_micro_EB

Les hyphes squelettiques sont surtout observées à la base du sporophore (mais absente du subiculum) et dans les cordons mycéliens également appelés syrrotes [traduction du terme créé par Falck en 1912, "Syrrotien" (du grec σvppεω : converger, confluer, affluer)], qui doit remplacer chez la mérule l'appellation impropre de rhizomorphes le plus souvent employée.

Ces cordons mycéliens (syrrotes) se forment au fur et a mesure de la croissance du mycélium secondaire, dans une orientation généralement verticale : ils proviennent de l'agglomération des filaments mycéliens ténus et sont toujours associés aux voiles et coussinets de ce mycélium. D'abord blancs, ils deviennent jaunâtres, roux, rouille, puis gris à gris violacé en vieillissant. Cylindriques ou plus ou moins aplatis, ils mesurent en moyenne (2)4-8 mm de diamètre, mais peuvent atteindre 15-30 mm, à parois épaisses et cyanophiles.

Spores de la Mérule
Vign_E14_01a_MERULE_1_redimensionner

La spore est la base du champignon. C'est l'équivalent de la graine d'une plante.

Dans des conditions favorables, cette spore va germer et produire un filament mycélien microscopique qui va se développer, formant le mycélium primaire. Généralement, celui-ci va rencontrer un autre filament émis par une autre spore, provoquant une sorte d'accouplement en se soudant l'un à l'autre, ils produiront alors le mycélium secondaire. Celui-ci va se ramifier considérablement, formant une véritable toile formée de nombreux et fins autres filaments. Le mycélium se développe alors sur un substrat (bois, carton, papier, coton, mais aussi les murs et les cloisons), le même phénomène se produisant sous l'écorce des arbres morts dans la nature, notamment pour la Mérule sauvage ou sylvestre Serpula hymantioides).

Les Spores sont ovoïdes à ellipsoïdes, lisses, souvent guttulées, ocre jaune, de (8)9(11)-12(14) x 4,5(5,5)-7(8) µm.

Progression d'hyphes
Vign_Hyphes_progression

Progression d'hyphes à l'intérieur du bois (aubier).

Le mycélium s'insinue dans les fentes et interstices des maçonneries et s'organise progressivement pour former ces cordons souples et résistants que sont les syrrotes. Leur formation est stimulée par la rencontre d'obstacles et par un stress hydrique. Leur longueur peut atteindre une dizaine de mètres et leur fonction principale est de transporter de l'eau, permettant ainsi à la mérule de progresser dans une habitation de la cave au grenier. Ces hyphes encore appelées cordons mycéliens peuvent aussi former une toile membraneuse, blanchâtre ou grisâtre, se présentant souvent sous forme de palmettes à la surface des différents supports. Ce mycélium secondaire exsude souvent, au niveau du front de croissance, des gouttelettes liquides translucides semblables a des larmes, d’où le nom spécifique de lacrymans et le nom français de "Mérule pleureuse". Cette exsudation résulte d'un système de régulation permettant d'évacuer l'excédent d'humidité.

Hyménophore méruloïde
Vign_hymenium_merule

L'hyménophore est dit justement  méruloïde (en raison de ses plissements et ondulations caractéristiques de la Mérule) à irrégulièrement poré-réticulé-labyrinthique, parfois irpicoïde sur substrats verticaux, jaune miel, ocre jaune, moutarde, brun olive, brun-rouge, rouille  à brun foncé, avec subhyménium en couche cornée et luisante à la coupe au sec. Consistance élastique. Contexte à odeur agréable, fongique, puis distinctement désagréable et forte, de saveur douce.

Créer un site avec WebSelf
SEMHV © 2016